Le voyage

« cette brume insensée où s’agitent des ombres, comment pourrais-je l’éclaircir ? »Épitaphe de « W ou le souvenir d’enfance de Perec, empruntée à Queneau

M’ a fait penser aussi à : l’image du passeur et l’apparition des deux vieux drapés de noir qui semblaient surgis du brouillard et qui, se plaçant de chaque côté de lui, lui saisissent les coudes. On pense alors à Joseph K, à la fin du Procès,

J’écrivais dans ma chronique du Voyage d’hiver:

Le voyage d’hiver-Perec

Acrylique et encre, 35×45, le voyage

Publié par

"J'ai mis tous mes efforts à former ma vie -voilà mon métier et mon ouvrage" Montaigne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s