blanc

Lire plus

la tristesse des anges

Les vieux livres affirment que cela porte malheur de déclamer des strophes composées par une femme alors qu’on est cerné par la tempête. Tu sais que je n’exige nul amour en retour, commence-t-il, il pose sa moufle couverte de glace sur son coeur giflé par la neige et: » Tu sais que je n’exige nul amour […]

Lire plus

Le Bonjour et l’adieu

Il y a une parole confiée au silence que l’ombre nous transmet. Une parole d’effacement qui est parole de tendresse. Peut-être pourrions-nous aussi parler de bonté . Lavis d’ombre sans que soit raturée cette lumineuse coulée qui la contient.Mais le plus proche de notre dénuement. Je crois à cette parole d’ombre. Elle n’est pas jeu […]

Lire plus

S’en aller

S’en aller, s’en aller, paroles de vivant ! St John Perse, Vents Acrylique et encre, 35×45

Lire plus

Sous le feu, la cendre

Pour changer un peu… comme un conteL’enfant, dès l’aube, est installé sous l’ombú, il joue avec de la terre et des osselets. Dans le lointain, le chant du coq appelle le jour qui se lève, gris et brumeux. Des nuées de mouches bourdonnent sous l’arbre, l’air est empli de senteurs. Il fera chaud encore aujourd’hui.— […]

Lire plus

Des pas sur la neige

Pris dans la farandole des flocons avides qui les enlaçaient, les plus fragiles des conifères ont lutté durant des heures. Toute la nuit, le ciel s’est déversé en houppes épaisses sur les hêtres de la forêt. Leurs branches alourdies ont fini par plier. Ils se sont rendus, décochant dans l’air des cris secs, des sanglots […]

Lire plus

Souviens-toi d’oublier, extrait, à paraître bientôt

L’enfant, dès l’aube, est installé sous l’ombú, il joue avec de la terre et des osselets. Dans le lointain, le chant du coq appelle le jour qui se lève gris et brumeux. Des nuées de mouches bourdonnent sous l’arbre, l’air est empli de senteurs. Il fera chaud encore aujourd’hui.— Quelle heure est-il, dit l’homme aviné […]

Lire plus

Au fond

« Ne lis plus – regarde !/Ne regarde plus – va !/ Nulle part on ne s’inquiète de toi.» Paul Celan « …et encore fallait-il tout ce plain-chant des neiges pour nous ravir la trace de nos pas … » Neiges- St John PerseAcrylique, encre, sable et pierres, 35×45

Lire plus

Faire face

L’ordre humain ressemble au cosmos en ceci que, de temps en temps, pour renaître à neuf, il lui faut plonger dans la flamme »Ernst Junger Acrylique et encre, 35×45. Faire face

Lire plus

l’inachevée

Selon elle, une œuvre n’était jamais tout à fait finie, seulement abandonnée. Il est toujours possible de la retoucher. Mara cherchait tout simplement le moment où le tableau saurait se défendre tout seul. D’un point de vue artistique, c’était une notion qui lui plaisait, cette idée d’inachèvement, de fluidité, cet horizon sans fin. La femme […]

Lire plus

« Voici ma source »

Je gravissais un sentier de montagne en me disant : à user de son intelligence, on ne risque guère d’arrondir les angles. A naviguer sur les eaux de la sensibilité, on s’expose à se laisser emporter. A imposer sa volonté, on finit par se sentir à l’étroit. Bref, il n’est pas commode de vivre sur […]

Lire plus

Le voyage

« cette brume insensée où s’agitent des ombres, comment pourrais-je l’éclaircir ? »Épitaphe de « W ou le souvenir d’enfance de Perec, empruntée à Queneau M’ a fait penser aussi à : l’image du passeur et l’apparition des deux vieux drapés de noir qui semblaient surgis du brouillard et qui, se plaçant de chaque côté de […]

Lire plus

Que dit le sage ?

J’ai longtemps habité sous de vastes portiquesQue les soleils marins teignaient de mille feux,Et que leurs grands piliers, droits et majestueux,Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques…. Baudelaire, La vie antérieure Acrylique et encre sur toile. 40×40

Lire plus

Envol

« Au plus fort de l’orage, il y a toujours un oiseau pour nous rassurer. C’est l’oiseau inconnu, il chante avant de s’envoler ». —- René Char, Rougeur des matinaux (Les Matinaux, 1950) Acrylique et encre sur toile, 30×20, Promesses

Lire plus

« je te pe(a)nse »

Je pense à cet ami qui me manque et qui me disait souvent : « je te pense »… Désormais… « Il faut que je me contente d’apercevoir de loin, avec désintérêt, les gens que mes flâneries me feront croiser, pour que ne se produise pas trop facilement l’électricité des passions. »*Semble dire le sage qui va et s’en […]

Lire plus

Le jugement

N’attendez pas le Jugement dernier. Il a lieu tous les jours….On voit parfois plus clair dans celui qui ment que dans celui qui dit vrai. La vérité, comme la lumière, aveugle. Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule, qui met chaque objet en valeur….Bien entendu, le véritable amour est exceptionnel, deux ou trois par […]

Lire plus

REVUE POSSIBLES N°25

Tout juste paru, le dernier numéro de la très belle revue de Pierre Perin compte quatorze nouvelles et seize notes de lecture. Jules Renard ouvre l’ensemble avec un extrait de L’étrangère. Titré Quinze nouvelles, ne cherchez pas la quinzième, elle se trouve en 4e de couverture. Cest une nouvelle brève signée Pierre Perrin, avec sa […]

Lire plus

Le changement

Ne tente pas de résister aux changements qui s’imposent à toi. Au contraire, laisse la vie continuer en toi. Et ne t’inquiète pas que ta vie soit sens dessus dessous. Comment sais –tu que le sens auquel tu es habitué est meilleur que celui à venir ?…Être patient ce n’est pas être assis et attendre, […]

Lire plus

Les abeilles grises, Andreï Kourkov

Pour sa 2e édition, le Festival Littérature de Haute Provence, créé par la librairie Le Bleuet invitait André Markovitz, et Andreï Kourkov pour parler de la guerre et du roman Les Abeilles grises qui m’avait tant marqué à sa parution en 2019 alors que la guerre dans le Dombass frappait déjà depuis 2014. J’ai beaucoup […]

Lire plus