Enigmes

Pour Simon, le dépaysement n’était pas si total contrairement à ce que croyait Lena. Il avait grandi dans une de ces régions froides et brumeuses où les jours bleus se comptaient à peine en un millier d’heures annuellement mais où le ciel s’ouvrait sur de vastes étendues de sel dès lors qu’on quittait les contours […]

Lire plus

Nonnette, extrait #1

Cette nuit, Nonnette est encore sortie, c’est mon père qui l’a dit, je l’ai entendu. Il parlait doucement à ma mère et il a même dit  « sta morhindo », ce qui veut dire, je crois, « il est en train de mourir », mais je ne suis pas sûre de l’orthographe, parce que cette langue, on ne me […]

Lire plus

Souviens -toi d’oublier, inedit #7

Esther arriva chez son père, deux heures plus tard. Après une halte dans une pâtisserie du Touquet, elle avait un peu flâné sur ce trajet qu’elle connaissait par cœur, et revu avec plaisir les paysages de son enfance. Elle se sentait un peu mélancolique mais s’étonnait de n’éprouver aucune émotion particulière à l’idée de revoir […]

Lire plus

Souviens-toi d’oublier, extrait#6

pour mon amie Jo qui aime tant mes marines Celia est installée dans un siège confortable au soleil, sur la terrasse, absorbée par la lecture du journal local. Ester s’approche d’elle et lit par-dessus son épaule. « le corps d’une femme encore non identifiée, découvert au pied des falaises, suicide ou accident ? » — Étrange cette […]

Lire plus

Souviens-toi d’oublier, extrait#5, inedit

« Je marche au devant de mon image /et mon image vient à ma rencontre/Elle me caresse et m’étreint/comme si je revenais de prison » Wim Wenders […] La fascination de l’inconnu offre toujours une vision idéalisée et parfois fantasque des choses et des lieux interdits voire dangereux. Au premier abord, tout lui parut faste et superficiel, […]

Lire plus

souviens-toi d’oublier, extrait#4, inédit

« La nuit je veux parler avec l’ange, pour savoir s’il reconnaît mes yeux… » Rilke Les rues charriaient les vestiges d’une ville dévastée. Des monticules de gravats, des branches et des troncs d’arbres s’entrechoquaient, déferlant avec violence dans un lent travelling, comme dans un cauchemar. Les véhicules s’amoncelaient les uns sur les autres. Ailleurs de grands […]

Lire plus

celestina, extrait

Lecture du texte sur la musique « Petit pantin au coeur de glace » […] L’établi est une vaste pièce sombre, sans fenêtre. Une pièce noire. On ne voit pas bien ce qui s’y trouve. Quand les yeux s’accoutument aux ténèbres, on peut voir son vieux vélo, dans le coin à gauche, avec lequel il se déplace […]

Lire plus

Encre… du bleu

Parfois -le plus souvent le soir – la lumière rayonne de partout. Alors je cherche à la voir, sans rien fixer. Je peux garder dans mon regard les grandes masses colorées qui émanent du paysage, du ciel, d’un mur, mais sans encore trouver leur harmonie. Tout à coup la lumière apparaît, comme un accord très […]

Lire plus

retour de lecture #7

Je partage ce très beau retour de lecture, extrait de la magnifique lettre d’une amie, à propos de mon livre Fibromyalgie, (auto-publié), soyez curieux en cliquant sur le titre, aventurez-vous dans les premières pages gratuites sur Amazon, merci à vous pour votre soutien. Il fait sa route tout seul. Merci aux déjà très nombreux lecteurs. […]

Lire plus

Invitée dans la revue Possible-juin 2020

Dans la rubrique de la revue Possible, invitation de l’ami Pierre Perrin Merci Pierre 🌹🌹🌹 : » L’invitée de longue date pour ce numéro de juin 2020La forge du poèteM. J. DesvignesLa forge du poète s’anime,l’épaisseur de la pierre n’est rien,les mains s’apaisent à la creuser.La goutte qui tombe toujours creusera le rocher ;son sel ses […]

Lire plus

Extrait de Souviens-toi d’oublier #2, (en cours d’écriture)

Tout autour de nous régnait le chaos et la confusion, le torrent dévastateur s’engouffrait dans chaque interstice après avoir bousculé et empilé des tonnes de gravats, matériaux divers arrachés aux trottoirs, pilônes, grilles et portes déchiquetées. Les eaux s’étaient ruées sous les portes restées debout, avait étouffé les cris et le chant des oiseaux, laissant […]

Lire plus

Souviens-toi d’oublier #1

Extrait #1 Comme la pluie qui tombe sur nos têtes, peut mettre de quelques minutes à plusieurs milliers d’années pour rejoindre la rivière, le lien qui unit deux êtres peut se défaire à jamais ou se continuer par-delà le temps et l’espace. Il se transformera mais restera mouvant, évanescent et impalpable comme l’eau de deux […]

Lire plus

Calaciura, éditions Notabilia/ Noir et blanc, extrait

Il s’appelait Domenico, mais il ne le savait pas. On l’avait toujours appelé Mimmo. Il était né le premier dimanche de septembre en sortant de sa mère par les pieds Il y avait une pluie fine qui vous trempait, et une légère brume au parfum de sous-bois, jamais vue dans cette ville-là. D’autres brumes dominaient, […]

Lire plus

Un froid sec #22

des extraits à foison, et l’écriture lumineuse de mon amie, l’écrivaine Anna de Sandre

Lire plus

retour de lecteurs pour Haut coeur de pierre, poésie #1

merci infiniment à Marilyse Leroux « Haut coeur de pierre » de Marie-Josée Desvignes (éditions Unicités), « six chants d’amour » comme « une traversée, de l’absence d’amour ou sa perte à sa consolation ou sa renaissance, de la mort à la vie. » Un recueil ardent (l’auteur est une fille de l’Etna), entre crêtes et creux de vagues, illuminé d’éclats, […]

Lire plus

entre les roches blanches du torrent

Monter dire l’abîme la fascination, les visions d’un univers proche de la folie. La boussole de mes émotions déréglées surnage dans cette sub-humanité face au trop plein d’amour, indicible, non partageable. C’est une mauvaise paix entre les roches blanches du torrent. […] Clairières de forges au mitan de l’être, le fou errant, refusant les transes, […]

Lire plus

Célestina… extrait d’un roman en cours d’écriture

– Celestina, veni qui, dai ! Ma mère crie dans le vent contraire et je fais mine de ne pas l’entendre. Je cours de plus en plus vite pour fuir ses appels et j’arrive haletante aux abords des caves de la cité. – Tu les as ? Je regarde les deux garçons qui me font […]

Lire plus

A la place des signes

[31] A la place des signes, un torrent impétueux, une danse sans fin ; dans la grâce de l’arbre, le givre chante bleu pour éveiller matin. (Recueil en chantier) Lavis A5

Lire plus

Les lavis bleus de l’aube

Les lavis bleus de l’aube se diluent doucement dans le masque des brumes. Quels sont ces lourds secrets que tu portes dans ton cœur fatigué ? Laisse toi porter par ce vent qui t’appelle et dont tu ne veux te saisir. « Il souffle où il veut et [toi] tu ne sais où il va », tu […]

Lire plus

Miroirs brisants (extraits, texte en cours)

Il pleut sur ton visage et tes yeux malicieux me sourient. j’aime ma vie, tu dis, je l’aime comme elle est, libre et dans l’instant, simple et sans attache ; l’été décline en bleu les mots de ton sourire grave. Il porte déjà les stigmates d’une vérité que l’arbre a devinée sans moi. J’embrasse tes […]

Lire plus