Lune bleue des fleurs

C’est près de l’eau que j’ai le mieux compris que la rêverie est un univers en émanation, un souffle odorant qui sort des choses par l’intermédiaire d’un rêveur. Si je veux étudier la vie des images de l’eau, il me faut donc rendre leur rôle dominant à la rivière et aux sources de mon pays. […]

Lire plus

Montagnes

Le vieux Samuel resté seul après le départ des filles n’avait pas quitté son fauteuil. Âgé de presque quatre-vingt treize ans, il sait qu’il n’en a plus pour longtemps. Depuis peu, il a pris conscience de ses difficultés cognitives, peu à peu sa mémoire s’efface. Parfois, il est parfaitement lucide et à d’autres moments, son […]

Lire plus

Devenir oiseaux

« Ce n’était pas de l’amour qui régnait entre eux deux. C’était une solidarité mystérieuse. » Pascal Quignard, Les solidarités mystérieuses « Je jette ces notes parce que ce n’est pas racontable. L’amour n’est pas racontable, sa souffrance n’est pas racontable, son bonheur n’est pas racontable. Sa lumière n’est pas racontable […]. » Pascal Quignard, Le Salon […]

Lire plus

extrait d’un roman en cours 

Elle allait quitter le boulevard de Tver pour prendre une petite rue, quand elle se retourna. Vous connaissez le boulevard de Tver, n’est-ce pas ? Des milliers de gens y circulaient, mais je vous jure que c’est sur moi, sur moi seul, que son regard se posa – un regard anxieux, plus qu’anxieux même – comme […]

Lire plus

CORPUS in dies

Les mots à portée des maux s’approprient la résurgence et l’urgence, enfantent le hasard. (in Haut coeur de pierre, Editions Unicité) Et dire comme Bernard Noël : Rendre l’empreinte verbale de l’empreinte charnelle, voilà ce que je cherche.

Lire plus

Pulsion de vie

… Il n’est pas commode de vivre sur la terre des hommes. Lorsque le mal de vivre s’accroît, l’envie vous prend de vous installer dans un endroit paisible. Dès que vous avez compris qu’il est partout difficile de vivre, alors naît la poésie et advient la peinture. Oreiller d’herbes, Sôseki Encre, 32×42

Lire plus

fermé pour travaux !

Il me semble que mes collages sont finalement très oniriques, bien davantage que mes réalisations à l’encre ou aux pastels. Dernièrement, de nombreux rêves remplacent les cauchemars de mes nuits toujours agitées. Tout dernièrement, le rêve d’un immense cerisier fleuri portant fruits très mûrs, presque noirs et très gros, me laissa dans une béatitude toute […]

Lire plus

Pas d’autre rêve, pas d’autre histoire à raconter

Carnet Lavis 73 – Sous l’orage… jusqu’à ce que tout s’efface Il n’y a pas d’autre rêve Il n’y a pas d’autre monde au réveil Il n’y a pas d’autre histoire à raconter que celle d’être né, de vivre encore, pas d’autre histoire que celle de vivre et de continuer Si tu n’as rien d’autre […]

Lire plus

Nonnette, extrait #1

Cette nuit, Nonnette est encore sortie, c’est mon père qui l’a dit, je l’ai entendu. Il parlait doucement à ma mère et il a même dit  « sta morhindo », ce qui veut dire, je crois, « il est en train de mourir », mais je ne suis pas sûre de l’orthographe, parce que cette langue, on ne me […]

Lire plus

Lavis, Carnets n°70

« Mais tu pourrais être mon ennemi, Il faut que je le sache. » « Oh non, ma chère, laisse donc tout cela ; Qu’importe, si la flamme brûle En toi, en moi ? » … « Nous serions vite loin de la rose et du lys et de la turbulences des flammes, Si nous […]

Lire plus

Encre… du bleu

Parfois -le plus souvent le soir – la lumière rayonne de partout. Alors je cherche à la voir, sans rien fixer. Je peux garder dans mon regard les grandes masses colorées qui émanent du paysage, du ciel, d’un mur, mais sans encore trouver leur harmonie. Tout à coup la lumière apparaît, comme un accord très […]

Lire plus

Lumière

~ Et j’entends en moi cette voix, qui sourd du fond de l’enfance : Je suis venue ici, déjà – disait-elle alors -, jeconnais ce lieu, j’y ai vécu, c’était avant le temps, c’étaitavant moi sur la terre. ~ Yves Bonnefoy, Ce qui fut sans lumière, Ed. Poésie / Gallimard Lavis, carnets

Lire plus

les chemins dispersés

 » […] Que laisses-tu derrière toi dans l’étroite géométrie de la chambre d’une saison où tu as dormi deux secondes ? Avec l’infini des « pourquoi », qui n’ont jamais guéri personne, le livre que tu n’as pas lu, l’image d’un pays usé à force d’être imaginé, l’icône d’un visage aimé, laissé dans la beauté natale […] » […]

Lire plus

La cinquième dimension

La cinquième dimension Selon la pensée chinoise, et surtout celle des taoïstes, ce qui garantit d’abord la communion entre l’homme et l’univers, c’est que l’homme est un être non seulement de chair et de sang mais aussi de souffles et d’esprits et outre, il possède le Vide. A travers les quatre niveaux observés : Pinceau-Encre […]

Lire plus

A la place des signes

[31] A la place des signes, un torrent impétueux, une danse sans fin ; dans la grâce de l’arbre, le givre chante bleu pour éveiller matin. (Recueil en chantier) Lavis A5

Lire plus

Les lavis bleus de l’aube

Les lavis bleus de l’aube se diluent doucement dans le masque des brumes. Quels sont ces lourds secrets que tu portes dans ton cœur fatigué ? Laisse toi porter par ce vent qui t’appelle et dont tu ne veux te saisir. « Il souffle où il veut et [toi] tu ne sais où il va », tu […]

Lire plus

Miroirs brisants (extraits, texte en cours)

Il pleut sur ton visage et tes yeux malicieux me sourient. j’aime ma vie, tu dis, je l’aime comme elle est, libre et dans l’instant, simple et sans attache ; l’été décline en bleu les mots de ton sourire grave. Il porte déjà les stigmates d’une vérité que l’arbre a devinée sans moi. J’embrasse tes […]

Lire plus

Tryptique

J’ai entendu les plus anciens dire, « Tout ce qui est beau s’en va Comme emporté par les eaux » W.B Yeats

Lire plus

Exposition en Berry dans les Jardins du Beau

Voici donc encore de belles images de l’expo de quelques-unes de mes Encres, Pastel et Acrylique (sur kakemono) dans le Jardin du Beau dans le Berry, photos prises par mes amis Philo et Jo, merci, merci (en attendant que je m’y aventure à mon tour, fin août, et que je vois ça de près) et […]

Lire plus

Aubes

Lu le très beau livre de Laurence Laurence Chaudouët, La présence de l’aube, Editions Alcyone, 2018 « Ce tremblement blond de la feuille vient-il du coeur ou du ciel illisible ? « 

Lire plus