Le masque des falaises

 Tout ce que je touche me fait mal, et, enragé des supplices que je veux attribuer à des puissances inconnues qui me persécutent et entravent mes efforts depuis tant d’années, j’évite les hommes, néglige les réunions, décommande les invitations, et éloigne les amis. Il se fait autour de moi du silence et de la solitude : […]

Lire plus

LA MER, la nuit

La nuit, la mer est noire ou argentée, elle peut être d’un bleu de Prusse dans mes tableaux. Ici elle est verte, comme en plein jour. C’est que parfois en plein jour, il fait nuit… Je viens de finir celui-ci, j’étais partie pour un champ de colza, mais non, ce n’était pas ce qui voulait […]

Lire plus

rivieres

Au pied du moulin, les rivières s’unissent. Elles coulent tout d’abord côte à côte, indécises, intimidées par ce rapprochement tant attendu, puis elles se précipitent l’une dans l’autre et se perdent dans leur étreinte. La rivière qui jaillit de ce creuset n’est plus ni Blanche ni Noire, mais elle est puissante et fait tourner sans […]

Lire plus

Si loin

Je te vois mal, si loin de moi…[…]Où es-tu en ce moment ? Ce moment qui n’est pas d’aujourd’hui mais quelque part dans le temps sans horloge ; cet inconnu disponible qui t’ouvre la marche sans que tu le saches ; ce moment où tu te sentiras perdue et solitaire et pourtant liée au monde. […]

Lire plus

sous les eaux

« A qui la vie est-elle vivante, disait Ennius, s’il n’a l’oreille d’un ami pour la lui faire partager ? » Le besoin de témoigner sa joie est une part actuelle du bonheur. L’amitié est l’unique sentiment humain dont le corps est la langue pure. Elle est cette oreille toujours ouverte pour l’aveu qui s’ignore et qui erre, […]

Lire plus

je bâtis ma demeure

« …Le jour est à portée de nos doigts le soleil mord A cause de mon amour à cause du filet aveuglant de mon amour jeté ce soir sur le monde » Edmond Jabès, Je bâtis ma demeure « Légère, le vent qui passait a soulevé la robe de la source. Claire eau qui se livre au […]

Lire plus

LE FLEUVE AMOUR

Les remparts crénelés de la taïga gardaient leur expression d’abandon heureux, de paresse amollie. Le rideau de plumes neigeuses ensorcelait le regard par son ondoiement muet. Le début d’une soirée terne et tiède… Je sentais avec une telle intensité sa beauté et son attente éveillée !  Dans chaque mouvement d’air la femme était présente. La nature […]

Lire plus

au milieu de l’immensité fluide et impalpable

Je n’arrive plus à écrire j’ai peint encore un grand tableau, mais ça fait beaucoup pour cette semaine déjà, j’ai trop mal au dos et les grands formats c’est vraiment épuisant… on n’est que mercredi… un grand format, 75×55 « Au milieu de l’immensité fluide et impalpable », donc avec la mer toujours pour seul horizon, un […]

Lire plus

sous le signe de la paix

mon dernier tableau réalisé à l’acrylique et avec les doigts (j’adore ), il est en format géant en plus, 75x 55 intitulé « Sous le signe de la paix » Pour mes ami.e.s astrologues, un clin d’oeil à cette nouvelle lune du 11 mai et son symbole sabian : Phase 52 (Taureau 22°): « Une colombe blanche vole […]

Lire plus

RILKE ou l’impossible choix entre l’art ou la vie

« Si l’artiste en général et Rilke en particulier se doit de préférer le bras « création » du fleuve à son bras « vie » c’est parce que les autres hommes sont essentiellement source d’agressions alors que le travail sur l’oeuvre permet, croit-il, de s’élever dans la sphère du divin. C ‘est pourquoi l’exigence de la solitude ne doit […]

Lire plus

vents salés

portée par la brume et la danse de l’écume sur la trace du vivant d’ambre et de lumière l’ombre projetée du vent pareille à de vastes steppes nourrit de lourds secrets comme si la déclivité du jour n’avait jamais ignoré sa perte, elle apprivoise les ailes du hasard, sa solitude au versant d’ombre et de […]

Lire plus

A paraitre

En attendant la sortie très prochaine du Tome 2 de Elderic et le livre des mondes (Legs Editions, jeunesse) et celle annoncée au printemps dernier mais décalée au printemps prochain de Des pas sur la neige (Editions Vents d’ailleurs, Collection Vents noirs), un petit paysage d’attente et de silence, bordé de patience encore oui encore… […]

Lire plus

Forêt des songes

« Mais tu sais je suis pauvre, et mes rêves sont mes seuls biensSous tes pas, j’ai déroulé mes rêvesMarche doucement ; parce que tu marches sur mes rêves. »…« He Wishes For The Cloths Of Heaven »William Butler Yeats Acrylique 50×42

Lire plus

« Mourir de ne pas mourir »

un tableau un brin surréaliste et ce poème tout autant… Gagnerons-nous la mer avec des clochesDans nos poches, avec le bruit de la merDans la mer, ou bien serons-nous les porteursD’une eau plus pure et silencieuse ? L’eau se frottant les mains aiguise des couteaux Les guerriers ont trouvé leurs armes dans les flotsEt le […]

Lire plus

Voiliers

« … d’abord le bruit continu de la mer musique où le silence aussi s’entend-celui qui étoffe le moindre son -tant de langues dans les arbres, les vents tant de sons clairs qui déplient l’étendue tiou-tiou-totiou-ti… tchrrrr tac-tec tsi…que l’esprit garde dans un doux duvet d’ailes » Lorand Gaspar- Patmos et autres poèmes (La maison […]

Lire plus

Extrait de Souviens-toi d’oublier #2, (en cours d’écriture)

Tout autour de nous régnait le chaos et la confusion, le torrent dévastateur s’engouffrait dans chaque interstice après avoir bousculé et empilé des tonnes de gravats, matériaux divers arrachés aux trottoirs, pilônes, grilles et portes déchiquetées. Les eaux s’étaient ruées sous les portes restées debout, avait étouffé les cris et le chant des oiseaux, laissant […]

Lire plus

Petite clairière

très dur de peindre en ce moment, je ne sais pas pourquoi, alors que j’ai énormément écrit, j’ai fait un petit dessin, une acrylique, besoin de vert sans aucun doute… … Ce corps qui souhaitait fleurir comme une branche,Porter ses fruits, devenir flûte dans le gel,L’imagination l’a enfoui dans un essaim bruyantPour que passe, et […]

Lire plus

LA MER VIDE

« Jusqu’à l’horizon la mer vide. Lieu où l’on sent le peu de poids d’une vie, mais c’est la seule. Pas de pensée suivie, seulement l’évidence du corps dans cet espace démesuré pour lui, et parfaitement indifférent. Antoine Emaz, Prises de mer , ed Le phare du cousseix ❤

Lire plus

Chercher la lumière

Comment demeurer arbredans le reniement de tout ? Le chêne poursuit sa montée-lente obstinéelaisse le nuage l’ignorer. *Même si le dernier arbreconnaissait la dernière paroleil la tairaitpour une promesse d’eau. Nés arbres, Marilyse Leroux, ed L’Aïl des ours, 2020

Lire plus

Pleine lune

« J’aime les beaux paysages ; ils font quelquefois sur mon âme le même effet qu’un archet bien manié sur un violon sonore ; ils créent des sensations folles; ils augmentent ma joie et rendent le malheur plus supportable. »(Mémoires d’un touriste, Stendhal) « Si tel assembalge d’arbres, de montagnes, d’eaux et de maisons, que nous appelons un […]

Lire plus