rivieres

Au pied du moulin, les rivières s’unissent. Elles coulent tout d’abord côte à côte, indécises, intimidées par ce rapprochement tant attendu, puis elles se précipitent l’une dans l’autre et se perdent dans leur étreinte. La rivière qui jaillit de ce creuset n’est plus ni Blanche ni Noire, mais elle est puissante et fait tourner sans […]

Lire plus

la grotte des ours

Ils avancent sans se retourner, se tenant par la main. Le garçon serre très fort la main de la petite de peur de la perdre. Un halo de lune montante éclaire à peine le début de la nuit. — Tu me fais mal, lâche la fillette en collant sa joue contre son ours délavé et […]

Lire plus

Rien si ce n’est la beauté

Saint-Julien, petite ville du Nord à quelques minutes de l’établissement de rééducation. Pour Simon, le dépaysement n’était pas si total contrairement à ce que croyait Lena. Il avait grandi dans une de ces régions froides et brumeuses où les jours bleus se comptaient à peine en un millier d’heures annuellement mais où le ciel s’ouvrait […]

Lire plus

L’Ultime Auberge, imre kertész

« On dit que je suis un écrivain très estimé mais que – si j’ai bien compris – personne ne lit ». Pour qui, par hasard, n’aurait jamais lu Kertész, il serait totalement déconseillé de l’inviter à se saisir de ce dernier opus que l’auteur lui-même, sentant ses forces l’abandonner, déprécie sans cesse (en dépit du fait […]

Lire plus

à contre-courant du fleuve Lethe

Le silence est aussi un moyen de communiquer, dit-il. Samuel Lambert avait observé la scène, étourdi par le vent et l’hallucination qui se révélait sous ses yeux. Son esprit de vieil homme fatigué avait perdu en un instant tout sens de la réalité. En un instant, tout son bonheur perdu lui avait sauté à la […]

Lire plus

Enigmes

Pour Simon, le dépaysement n’était pas si total contrairement à ce que croyait Lena. Il avait grandi dans une de ces régions froides et brumeuses où les jours bleus se comptaient à peine en un millier d’heures annuellement mais où le ciel s’ouvrait sur de vastes étendues de sel dès lors qu’on quittait les contours […]

Lire plus

souviens-toi d’oublier #8

[…] — Que veux-tu finalement ? Le sais-tu ? dit-il à son oreille. Ce fut comme un souffle. Elle n’avait pas besoin de fermer les yeux pour sentir cette présence singulière qui l’entraînait en esprit dans de longues méditations, de longs conciliabules qu’elle tenait d’elle-même à elle-même. Elle voyait ses yeux au-dessus d’elle, tout flottait alentour […]

Lire plus

Nonnette, extrait #1

Cette nuit, Nonnette est encore sortie, c’est mon père qui l’a dit, je l’ai entendu. Il parlait doucement à ma mère et il a même dit  « sta morhindo », ce qui veut dire, je crois, « il est en train de mourir », mais je ne suis pas sûre de l’orthographe, parce que cette langue, on ne me […]

Lire plus

Souviens -toi d’oublier, inedit #7

Esther arriva chez son père, deux heures plus tard. Après une halte dans une pâtisserie du Touquet, elle avait un peu flâné sur ce trajet qu’elle connaissait par cœur, et revu avec plaisir les paysages de son enfance. Elle se sentait un peu mélancolique mais s’étonnait de n’éprouver aucune émotion particulière à l’idée de revoir […]

Lire plus

Souviens-toi d’oublier, extrait#6

pour mon amie Jo qui aime tant mes marines Celia est installée dans un siège confortable au soleil, sur la terrasse, absorbée par la lecture du journal local. Ester s’approche d’elle et lit par-dessus son épaule. « le corps d’une femme encore non identifiée, découvert au pied des falaises, suicide ou accident ? » — Étrange cette […]

Lire plus

souviens-toi d’oublier, extrait#4, inédit

« La nuit je veux parler avec l’ange, pour savoir s’il reconnaît mes yeux… » Rilke Les rues charriaient les vestiges d’une ville dévastée. Des monticules de gravats, des branches et des troncs d’arbres s’entrechoquaient, déferlant avec violence dans un lent travelling, comme dans un cauchemar. Les véhicules s’amoncelaient les uns sur les autres. Ailleurs de grands […]

Lire plus

celestina, extrait

Lecture du texte sur la musique « Petit pantin au coeur de glace » […] L’établi est une vaste pièce sombre, sans fenêtre. Une pièce noire. On ne voit pas bien ce qui s’y trouve. Quand les yeux s’accoutument aux ténèbres, on peut voir son vieux vélo, dans le coin à gauche, avec lequel il se déplace […]

Lire plus

Extrait de Souviens-toi d’oublier #2, (en cours d’écriture)

Tout autour de nous régnait le chaos et la confusion, le torrent dévastateur s’engouffrait dans chaque interstice après avoir bousculé et empilé des tonnes de gravats, matériaux divers arrachés aux trottoirs, pilônes, grilles et portes déchiquetées. Les eaux s’étaient ruées sous les portes restées debout, avait étouffé les cris et le chant des oiseaux, laissant […]

Lire plus

Souviens-toi d’oublier #1

Extrait #1 Comme la pluie qui tombe sur nos têtes, peut mettre de quelques minutes à plusieurs milliers d’années pour rejoindre la rivière, le lien qui unit deux êtres peut se défaire à jamais ou se continuer par-delà le temps et l’espace. Il se transformera mais restera mouvant, évanescent et impalpable comme l’eau de deux […]

Lire plus

Un froid sec #22

des extraits à foison, et l’écriture lumineuse de mon amie, l’écrivaine Anna de Sandre

Lire plus

Célestina… extrait d’un roman en cours d’écriture

– Celestina, veni qui, dai ! Ma mère crie dans le vent contraire et je fais mine de ne pas l’entendre. Je cours de plus en plus vite pour fuir ses appels et j’arrive haletante aux abords des caves de la cité. – Tu les as ? Je regarde les deux garçons qui me font […]

Lire plus