retour sur une belle rencontre poetique

Ce 27 juillet 2021 -FESTIVAL GRANDS LARGES – Port-de-Bouc (13), Jean-Luc Albert, directeur de la médiathèque Boris Vian m’a invitée à venir lire un inédit (extraits publiés ici) et m’a proposé à mon tour (comme à chaque fois qu’il m’invite) de choisir un artiste ou un écrivain si je le souhaite. J’apprécie beaucoup ces rencontres […]

Lire plus

Invitée dans la revue Possible-juin 2020

Dans la rubrique de la revue Possible, invitation de l’ami Pierre Perrin Merci Pierre 🌹🌹🌹 : » L’invitée de longue date pour ce numéro de juin 2020La forge du poèteM. J. DesvignesLa forge du poète s’anime,l’épaisseur de la pierre n’est rien,les mains s’apaisent à la creuser.La goutte qui tombe toujours creusera le rocher ;son sel ses […]

Lire plus

Extrait de Souviens-toi d’oublier #2, (en cours d’écriture)

Tout autour de nous régnait le chaos et la confusion, le torrent dévastateur s’engouffrait dans chaque interstice après avoir bousculé et empilé des tonnes de gravats, matériaux divers arrachés aux trottoirs, pilônes, grilles et portes déchiquetées. Les eaux s’étaient ruées sous les portes restées debout, avait étouffé les cris et le chant des oiseaux, laissant […]

Lire plus

retour de lecteurs pour Haut coeur de pierre, poésie #1

merci infiniment à Marilyse Leroux « Haut coeur de pierre » de Marie-Josée Desvignes (éditions Unicités), « six chants d’amour » comme « une traversée, de l’absence d’amour ou sa perte à sa consolation ou sa renaissance, de la mort à la vie. » Un recueil ardent (l’auteur est une fille de l’Etna), entre crêtes et creux de vagues, illuminé d’éclats, […]

Lire plus

entre les roches blanches du torrent

Monter dire l’abîme la fascination, les visions d’un univers proche de la folie. La boussole de mes émotions déréglées surnage dans cette sub-humanité face au trop plein d’amour, indicible, non partageable. C’est une mauvaise paix entre les roches blanches du torrent. […] Clairières de forges au mitan de l’être, le fou errant, refusant les transes, […]

Lire plus

A la place des signes

[31] A la place des signes, un torrent impétueux, une danse sans fin ; dans la grâce de l’arbre, le givre chante bleu pour éveiller matin. (Recueil en chantier) Lavis A5

Lire plus

Les lavis bleus de l’aube

Les lavis bleus de l’aube se diluent doucement dans le masque des brumes. Quels sont ces lourds secrets que tu portes dans ton cœur fatigué ? Laisse toi porter par ce vent qui t’appelle et dont tu ne veux te saisir. « Il souffle où il veut et [toi] tu ne sais où il va », tu […]

Lire plus

Miroirs brisants (extraits, texte en cours)

Il pleut sur ton visage et tes yeux malicieux me sourient. j’aime ma vie, tu dis, je l’aime comme elle est, libre et dans l’instant, simple et sans attache ; l’été décline en bleu les mots de ton sourire grave. Il porte déjà les stigmates d’une vérité que l’arbre a devinée sans moi. J’embrasse tes […]

Lire plus

Furieuse

Dans l’œil de la nuit qui voit au-delà de tout, dans la bouche de la mer aux lèvres étirées en son blanc chaos de sel, j’ai trouvé la clé : une note bleue. Blue note pour un hêtre (à paraître)

Lire plus

Paysage

La liberté ignore le silence, dans les failles de l’être elle est bruit de pluie sur un sol assoiffé. (extrait de Blue note pour un hêtre, inédit)

Lire plus

Exposition en Berry dans les Jardins du Beau

Voici donc encore de belles images de l’expo de quelques-unes de mes Encres, Pastel et Acrylique (sur kakemono) dans le Jardin du Beau dans le Berry, photos prises par mes amis Philo et Jo, merci, merci (en attendant que je m’y aventure à mon tour, fin août, et que je vois ça de près) et […]

Lire plus

Aubes

Lu le très beau livre de Laurence Laurence Chaudouët, La présence de l’aube, Editions Alcyone, 2018 « Ce tremblement blond de la feuille vient-il du coeur ou du ciel illisible ? « 

Lire plus

au fond des forêts sombres

Quand la brume descend sur le soir l’ombre s’allonge… Ailleurs il pleut comme dans nos cœurs. Ceci est un cri une douce transe au-dessus des collines transfigurées en pardon comme lissées de la main, dans la pudeur d’un corps opprimé. Par endroits, l’ossature étrange (onde blanche), la voix bleuie d’un ange exterminateur. Au bourgeonnement des […]

Lire plus

Haut coeur de pierre – extrait (à paraître Ed Unicité, sept 2019)

… En nous, un temps immémorial et trompeur un rêve temporaire une parole nue que l’on a cru tenir dans le creux du reflux, cette artère de la mer profonde, insoumise. Dans les fibres des tumulus transis articulés puis désarticulés, pareils à de vastes steppes, amant, tu nourris de lourds secrets. extrait de Haut coeur […]

Lire plus

Haut coeur de pierre – extrait (à paraître Editions Unicité sept 2019)

Dans le désordre, la colère des fonds les vastes chaînes, le doux torrent clair de pierres, les nuits vétustes incertaines, et nos yeux fatigués habitant le ciel, nous saurons, dans l’immobilité des chambres, quelles étranges images à nos fenêtres. Icônes du jour au jardin de l’enfance, vent de sable, cœur de pierre, clairières de forges, […]

Lire plus

Exil et trace, extrait

En attendant la sortie prochaine de Haut cœur de Pierre aux Editions Unicité en septembre pour lequel j’avais été finaliste d’une bourse SGDL en 2013, voici un extrait d’Exil et Trace à son tour finaliste pour cette même bourse cette année. Et en attente d’une décision chez un éditeur. La pluie dégringole, la mer est […]

Lire plus

A propos de Langue interdite dans la revue Traversées

Un article sur « La présence de l’aube » dans la revue « Traversées », que je partage avec Marie-Josée Desvignes, pour son recueil « Langue interdite, Langue a-mère ». Deux recueils des éditions Alcyone. Chronique de Xavier Bordes. Deux livres de poésie féminine, esthétiquement très beaux, et tous deux d’un lyrisme mesuré et efficace qui m’a beaucoup fait rêver. J’ai […]

Lire plus

Essai de Cécile Vibarel à propos de Requiem – Cardère Editeur

« Mais aux lieux du péril, croît aussi ce qui sauve » F. Hölderlin[1] Requiem est le récit-poème d’une perte inconcevable. C’est un chant douloureux et profond qui sourd de la plume sensible de Marie-Josée Desvignes pour tenter d’inscrire dans le cadre de l’écriture le non-sens, l’absurdité de la perte d’un enfant au moment de sa naissance. […]

Lire plus