sans

Il y a ce silence de celui qui cherche à comprendre la terre sur laquelle il marche – il y a cette parole niée qui désoblige et détruit ce qui reste d’écartelé entre image et raison (extrait de Exil et Trace) Acrylique 30×40

Lire plus

Glacé

La nuit d’hiver élève au ciel son pur calice ! Emile Verhaeren, Les débâcles   Extrait de Des pas sur la neige (roman) à paraître Et tout ce qui est remonté ce sont ces images étranges de guerre qu’elle ne voit d’habitude que dans ses cauchemars, des enfants qui courent, des hommes qui tombent, des femmes […]

Lire plus

un extrait de Des pas sur la neige (roman noir, PREVU EN janvier 2020 Editions Vents d’Ailleurs) CONTRAT SIGNE, PARUTION REpoussEE 2021 ? :-(

[…]Il avait sorti des albums, montré des photos, celles d’une petite fille qui grandissait de l’une à l’autre, une petite fille joyeuse, épanouie dans un milieu qu’on reconnaissait aisément, les plages de Normandie, la Tour Eiffel, le canal du midi. Mirko les commentait toutes avec un plaisir évident, rajoutant pour chacune le regard de celle […]

Lire plus

Essai de Cécile Vibarel à propos de Requiem – Cardère Editeur

« Mais aux lieux du péril, croît aussi ce qui sauve » F. Hölderlin[1] Requiem est le récit-poème d’une perte inconcevable. C’est un chant douloureux et profond qui sourd de la plume sensible de Marie-Josée Desvignes pour tenter d’inscrire dans le cadre de l’écriture le non-sens, l’absurdité de la perte d’un enfant au moment de sa naissance. […]

Lire plus

LANGUE INTERDITE, Langue a-mère

LANGUE INTERDITE, MARIE-JOSÉE DESVIGNES Editions Alcyone, Collection Surya, octobre 2018 Avec une encre de Marie-Josée Desvignes  Copyright : Editions Alcyone. ISBN : 978-2-37405-049-2 – Vous pouvez écouter quelques poèmes du recueil  en cliquant sur la flèche du fichier MP3, en bas de la page du site des Editions Alcyone, suivez le lien Editions Alcyone La langue maternelle, est-ce […]

Lire plus

Danse (Mon corps est une île ) extrait 3

Nymphéas, Acrylique sur toile 30×40 1 – Danse Tu esquisses quelques pas chassés, les bras aériens, au milieu du petit appartement. Le plus souvent tu danses en imagination. Il n’y a plus de mystère entre ton corps et toi, la danse est ce pont qui ouvre désormais tous les lieux que tu ne visiteras jamais. […]

Lire plus

Arbre (extrait 2)

Dans le désordre aujourd’hui, voici un nouvel extrait du chapitre intitulé « Arbre » in Mon corps est une île » (en cours) : Alors le souvenir est là, au bord de tes lèvres, ses rivages noirs. C’est un mur blanc de pierre, un trop plein d’inexprimé, mais qui bouge, s’agite. C’est un rideau soyeux où glissent les […]

Lire plus

Arbre (extrait 1)

Où se prolongent les paysages, « il y a un arbre en chacun de nous ». L’œil n’est plus seul à en connaître le sens. C’est le corps ou c’est l’œil qui commande, pris entre vivacité et sauvagerie, le pousse vers des lieux aux limites floues ou mal définies, dans des courses sans fin d’une […]

Lire plus

Mon corps est une île (récit) extrait 2

3- Le vertige de n’être… rien Ce silence aux échos océaniques que tu ne peux nommer, c’est une énergie au centre de toi qui tourne et tourne, qui décide de chacun de tes actes, chacune de tes paroles même expulsées difficilement. Il y a ce vide au creux de ton ventre, un vertige, une sensation […]

Lire plus

Arbre

Découpé dans la blancheur du ciel, l’arbre frissonne. Sous la voûte céleste, tu as rejoint la flambée du soir entre tes doigts écartés, tendus dans le crépuscule. À contre-jour, dans l’étau des secondes, l’arbre est devant toi, antre obscur traversé d’ombres claires. Tout flotte autour, le feuillage maintenant bleui par la fin du jour, le […]

Lire plus

Cantilène des pierres (inédit)

Chaque exil est une pierre incrustée dans le cœur des hommes dès lors qu’ils craignent pour leur liberté. Dans le crépuscule ou à l’aube, ils sont parfois contraints de partir, laissant tout derrière eux. Ils quittent une terre, une culture, des habitudes de vie et alors ils ne savent pas. Que, lancés dans l’espace, ils […]

Lire plus

Langue interdite (la langue a-mère) Editions Alcyone, septembre 2018

La langue maternelle, est-ce la langue de nos mères ? Celle de notre petite enfance, peut-être même différente de celle de la mère ? Celle qui nous donne notre identité ? Si tout passe par le langage, elle est toute puissance quand l’écrivain s’en empare faisant œuvre « avec » et « contre », tout à la fois lui appartenant et s’en […]

Lire plus

Lame de fond (inédit), roman

(incipit) Les vagues Silhouette longiligne et d’une élégance rare, elle se tient, immobile, au bout de la jetée. Le jour décline délestant les dernières brumes vaporeuses au-dessus des eaux du port, enveloppant les gestes des pêcheurs venus vérifier une dernière fois les amarres des chalutiers. Un vent doux et léger siffle dans les cordes, rend […]

Lire plus

Et le rossignol chantait (extraits) (2)

1er extrait : […]                Et le rossignol continue sa plainte. S’entend comme une ritournelle, un autre tout pareil, mutettu précieux qui m’appelle : « dans l’or de la mer, /chante le rossignol/ d’une voix dolente. Je ne pouvais rester/seul dans la campagne /sans te voir ». Il égrène sa musique à l’abri de la feuillée des arbres, siffle […]

Lire plus

Et le rossignol chantait (inédit)

  […] Nos mémoires sont emplies de murmures de fantômes. Aucune parole, aucune aube, aucune musique consolatrice n’épuisera jamais les larmes qui s’écoulent de la nuit de l’absence. Il faudrait dire avec des mots ciseaux pour tailler le silence, des mots oiseaux évadés des cages du souvenir, mais du fond du puits obscur, l’âme soupire […]

Lire plus

Combien de fois le mot amour

  […] Le TGV roule depuis plusieurs heures dans une chaleur lourde de juillet. Elle pose son livre et se dirige vers le wagon de restauration. Il la suit. — cette chaleur… elle dit, comme pour elle, enserrant prestement et d’une main ferme le rouleau de ses cheveux blonds au sommet de sa tête, dégageant […]

Lire plus

Blue note pour un hêtre (en 33 morceaux) à paraître

Poésie onirique qui cherche la lumière. Une plongée dans nos doutes et nos attentes, nos fragilités, nos failles, ombres souterraine, placidité de l’arbre, sa sérénité, sa permanence. Le hêtre,  prétexte au poème,  seule musique possible, une note bleue, par allégeance au jazz, blue note pour dire l’entre-deux, qui descend et qui monte entre joie et […]

Lire plus

Haut coeur de pierre (à paraître)

Qui oublie jamais, au coeur de pierre ne s’est rendu   […] sur ces chemins de traverse, routes ou précipices, tête la première tombée au hasard des rencontres. Dans l’image mâle d’une beauté ineffable, les envoûtements, au cœur d’un monde clos, règlent l’harmonie des paysages – Nuits funestes et crépuscules tournoient sans fin dans la […]

Lire plus

Du mépris à la violence

Extraits de Un si beau métier… (190 pages) Suite à mes années d’enseignement  (de 2000 à 2008) où la passion, l’amour de la transmission et l’intérêt que je portais  à mes élèves (même et surtout les plus difficiles) ont été mon engagement premier ; après avoir lutté contre un système que je ne comprenais pas, […]

Lire plus