Langue interdite (la langue a-mère) Editions Alcyone, septembre 2018

La langue maternelle, est-ce la langue de nos mères ? Celle de notre petite enfance, peut-être même différente de celle de la mère ? Celle qui nous donne notre identité ? Si tout passe par le langage, elle est toute puissance quand l’écrivain s’en empare faisant œuvre « avec » et « contre », tout à la fois lui appartenant et s’en […]

Lire plus

Et le rossignol chantait (inédit)

  […] Nos mémoires sont emplies de murmures de fantômes. Aucune parole, aucune aube, aucune musique consolatrice n’épuisera jamais les larmes qui s’écoulent de la nuit de l’absence. Il faudrait dire avec des mots ciseaux pour tailler le silence, des mots oiseaux évadés des cages du souvenir, mais du fond du puits obscur, l’âme soupire […]

Lire plus

Combien de fois le mot amour

  […] Le TGV roule depuis plusieurs heures dans une chaleur lourde de juillet. Elle pose son livre et se dirige vers le wagon de restauration. Il la suit. — cette chaleur… elle dit, comme pour elle, enserrant prestement et d’une main ferme le rouleau de ses cheveux blonds au sommet de sa tête, dégageant […]

Lire plus

Blue note pour un hêtre (en 33 morceaux) à paraître

Poésie onirique qui cherche la lumière. Une plongée dans nos doutes et nos attentes, nos fragilités, nos failles, ombres souterraine, placidité de l’arbre, sa sérénité, sa permanence. Le hêtre,  prétexte au poème,  seule musique possible, une note bleue, par allégeance au jazz, blue note pour dire l’entre-deux, qui descend et qui monte entre joie et […]

Lire plus

Haut coeur de pierre (à paraître)

Qui oublie jamais, au coeur de pierre ne s’est rendu   […] sur ces chemins de traverse, routes ou précipices, tête la première tombée au hasard des rencontres. Dans l’image mâle d’une beauté ineffable, les envoûtements, au cœur d’un monde clos, règlent l’harmonie des paysages – Nuits funestes et crépuscules tournoient sans fin dans la […]

Lire plus