Exil et trace, extrait

En attendant la sortie prochaine de Haut cœur de Pierre aux Editions Unicité en septembre pour lequel j’avais été finaliste d’une bourse SGDL en 2013, voici un extrait d’Exil et Trace à son tour finaliste pour cette même bourse cette année. Et en attente d’une décision chez un éditeur. La pluie dégringole, la mer est […]

Lire plus

Horizons nouveaux

Pas de vent, pas vraiment de soleil. Ciel à étages : assez bas, des nuages gris, puis d’autres, d’un blanc lumineux, et plus haut, des trouées de bleu. Devient visible une profondeur du ciel que l’on sait, sans la voir, quand il est seulement bleu. Mais plus le regard va vers l’horizon, plus les nuages […]

Lire plus

Exposition dans le Jardin du Beau

Exposition en Berry de quelques unes de mes encres grand format et kakémono dans le jardin de l’asso relais !!! Merci à Lionel et Annie ! pour ceux, curieux, qui ne sont pas loin, c’est à Chaillac, près de St Benoit du Sault, du 1er mai au 1er octobre

Lire plus

Retour au bleu

Quand la tristesse et la joie de la mer Se mélangent séparément – sur la plage au déclin du jour Elle dit : Si la mélancolie me surprenait Je m’étendrais sur le sable nain Pour être nue et pour mourir Et moi je pensais que la mort C’est d’abord les yeux fermés Une nuit blanche […]

Lire plus

Nuée blanche

Pastel, 30×40   dans le ciel buée blanche au levant buée rose au couchant Vénus marque le plus haut la bouche d’ombre a mangé saint jean et moi chassé par le noir de la chapelle grecque je suis seul sur la passerelle de planches j’attends la fin et l’autre commencement … Le reste du voyage, […]

Lire plus

L’automne

L’Automne s’exaspère ainsi qu’une Bacchante, Folle du sang des fruits et du sang des baisers … Renée Vivien, L’automne in Cendres et Poussières, 1902 Pastel A4

Lire plus

Appels

  Entre le masque de brume et celui de verdure, voici le moment sublime où la nature se montre davantage que de coutume. … Rainer Maria Rilke, Vergers, Poésie/Gallimard Pastel A4

Lire plus

couleurs automne

Pastel, format 24×30 « De l’automne jauni qui tremble dans le bois dételé Il demeure une étrange mélancolie Comme ces chaînes qui ne sont ni pour le corps ni pour l’âme … » Les Poésies, Georges Shehadé, Poésie/Gallimard  

Lire plus

Danse (Mon corps est une île ) extrait 3

Nymphéas, Acrylique sur toile 30×40 1 – Danse Tu esquisses quelques pas chassés, les bras aériens, au milieu du petit appartement. Le plus souvent tu danses en imagination. Il n’y a plus de mystère entre ton corps et toi, la danse est ce pont qui ouvre désormais tous les lieux que tu ne visiteras jamais. […]

Lire plus

Brise marine

  Fuir ! là-bas fuir! Je sens que des oiseaux sont ivres D’être parmi l’écume inconnue et les cieux ! … Mallarmé – Brise marine

Lire plus

Confins

  Et tout n’était que règnes et confins de lueurs.  St John Perse Pastel format 30×40

Lire plus

Publication de mes Pastels

Le catalogue de quelques pastels de marines, au format 20×24, Vents salés, cousus de bleu, 26 pages, 24 illustrations

Lire plus

Une éternité de… silences

Une éternité de beau temps pèse aux membranes closes du silence… in Poème à l’Etrangère, St John Perse (Eloges, Poésie/Gallimard)    

Lire plus

Braises du soir

Derrière la noire forêt je brûle ce feu de mon âme dans lequel vacille le souffle des villes et le merle de l’angoisse. A mains nues j’abats ces flammes, qui montent au cerveau de l’air et qui tremblent en mon nom. Nuage, mon coeur voyage au-dessus des toits près des fleuves jusqu’à ce que, pluie […]

Lire plus

Infinis lointains

La fine dentelure trace la frontière d’un champ de forces qui vient expirer là. Elle rappelle l’ourlet de nacre et de varech, de coquilles broyées et d’algues errantes qui trahit le long des plages l’avancée la plus profonde de la marée, là où s’envolent au moindre souffle et s’éparpillent avant de se dissiper, des essaims […]

Lire plus

Brume mentale

Le bleu des lointains dans les mots aussi, comme le sens rêvé dans la chose dite. » Yves Bonnefoy, Remarques sur l’horizon (in L’heure présente)

Lire plus

Couleurs secrètes

Du plus pâle au tranchant du plus sombre sans s’interrompre entre sang et pensée entre feuille pinceau étendue corps de liquide musique à jamais – Lorand Gaspar- Patmos et autres poèmes

Lire plus

Horizons

Ligne de là-bas et ligne de par ici, chacune à jeter l’écume de l’inconscient sous nos pas : phare qui étincelle de glisser à la crête de cette vague qui se gonfle comme une nuit, puis s’écroule puis à nouveau se soulève. Remarques sur l’horizon, in L’heure présente, Yves Bonnefoy, Poésie/Gallimard

Lire plus

Aube

« Mais il semblait que, derrière le grand incendie du ciel, il vit quelque chose : il voyait ce qui chaque soir s’était révélé à lui plus nettement. Peut-être pouvait-on appeler cela l’éternité de la vie. » Missa sine nomine, Ernst Wiechert

Lire plus