Bouquet

envie d’offrir ce Bouquet de DesnosTrois pensées trois coquelicots trois soucis Trois soucis trois roses trois œillets Les trois roses pour mon amie Les trois œillets pour mon ami Les trois coquelicots pour la petite fille si triste Les trois pensées pour mon ami Les trois soucis pour moi. Pastel A4

Lire plus

des branches…

[…] Non pas l’estuaire des miroirs, non pas la rose des vents. Toute chose est chemin, les frontières et leurs étendards, l’embrasement, les barricades, la rencontre et son ascension, la voix, ma voix dans mes paumes, les oiseaux qui s’éloignent et laissent leurs noms parmi les branches, les branches et leur histoire. Chronique des branches, […]

Lire plus

bord de mer

Les baies taillent la côte basse, Les voiles s’enfuient sur la mer, Au soleil je sèche mes nattes Emplies de sel, Loin de la terre, Sur une pierre plate, Un poisson vert nage vers moi, Vers moi vole une blanche mouette, Je suis insolente, mauvaise, Radieuse et ne sais pas Que le bonheur c’est ça. […]

Lire plus

Joutons !

« L’océan est là sous ma fenêtre. Je regarde cet indomptable, et je lui dis : joutons ! » V. Hugo

Lire plus

Dans la tourmentE

Et, peut-être, les mâts, invitant les orages, Sont-ils de ceux qu’un vent penche sur les naufrages Perdus, sans mâts, sans mâts, ni fertiles îlots … Mais, ô mon coeur, entends le chant des matelots ! Mallarmé

Lire plus

Récit de l’arbre

Achevé le récit de l’orage, l’arbre est rentré dans l’image, dans sa fixité grise où plus rien ne se dessine que les figures de l’attente. Troncs et branches semblent à présent plus massifs, mais il ne s’agit peut-être que d’une illusion d’optique due à l’importance du feuillage dont la cascade figée, d’un vert obscur, occupe […]

Lire plus

Sauve-toi !

Et toujours on avançait, Et toujours s’élargissait l’espace, Et toute la marche de notre caravane Semblait une fuite éternelle, Tandis que, derrière le désert et la colonne, Luisait la lande bleue d’une mer illusoire. extrait du poème Hégire de Goethe (Le Divan écrit en modèle de celui du Persan Hafiz)  » Le véritable poète a […]

Lire plus

Exposition en Berry dans les Jardins du Beau

Voici donc encore de belles images de l’expo de quelques-unes de mes Encres, Pastel et Acrylique (sur kakemono) dans le Jardin du Beau dans le Berry, photos prises par mes amis Philo et Jo, merci, merci (en attendant que je m’y aventure à mon tour, fin août, et que je vois ça de près) et […]

Lire plus

Aubes

Lu le très beau livre de Laurence Laurence Chaudouët, La présence de l’aube, Editions Alcyone, 2018 « Ce tremblement blond de la feuille vient-il du coeur ou du ciel illisible ? « 

Lire plus

Exil et trace, extrait

En attendant la sortie prochaine de Haut cœur de Pierre aux Editions Unicité en septembre pour lequel j’avais été finaliste d’une bourse SGDL en 2013, voici un extrait d’Exil et Trace à son tour finaliste pour cette même bourse cette année. Et en attente d’une décision chez un éditeur. La pluie dégringole, la mer est […]

Lire plus

Exposition dans le Jardin du Beau

Exposition en Berry de quelques unes de mes encres grand format et kakémono dans le jardin de l’asso relais !!! Merci à Lionel et Annie ! pour ceux, curieux, qui ne sont pas loin, c’est à Chaillac, près de St Benoit du Sault, du 1er mai au 1er octobre

Lire plus

Quand la brume descend

Quand la brume descend sur le soir l’ombre s’allonge… Ailleurs il pleut comme dans nos cœurs. Tu avances dans les pudeurs du soir nomade, solitaire innocent, tu offres ton âme au mot qui te délivrera Flamme jetée dans le jour défenestré tu te tais encore ne connais que ce taire ou encore tu parles, lumière […]

Lire plus

Dans la forêt de nulle part*

Seul le fantastique a des chances d’être vrai Pierre Teillard de Chardin *La Forêt de Nulle part, à retrouver dans Eldéric et le Livre des Mondes (collection jeunesse LEGS Edition, à paraître le 22 mai 2019)

Lire plus

sans

Il y a ce silence de celui qui cherche à comprendre la terre sur laquelle il marche – il y a cette parole niée qui désoblige et détruit ce qui reste d’écartelé entre image et raison (extrait de Exil et Trace) Acrylique 30×40

Lire plus

Rêver

écrire ou rêver… « Écrire les yeux fermés. écrire la ligne de crête. écrire le fond de la mer… creuser plus profond que le vagissement du nouveau-né, que le cri de la chasseresse, la plainte du supplicié…. que l’enchevêtrement des racines, que l’exténuation des lanières de la terreur… écrire sans recul. dans le noir. dans la […]

Lire plus

Série de 7 lavis

Chaque fois que je me retrouve au-dessus de ces longues étendues couvertes de buissons et d’air (couvertes de buissons comme autant de peignes pour l’air) et qui s’achèvent très loin en vapeurs bleues, qui s’achèvent en crêtes de vagues, en écume (comme si l’idée de la mer me faisait signe au plus loin de sa […]

Lire plus

contempler le vide

Perception silencieuse, l’esprit s’illumine spontanément en contemplant le vide,il se dépasse et trouve le repos. Han shan , VIIe siècle Lavis 30×42

Lire plus

Garrigue, vieux rêve d’enfance

Vieille garrigue bossée des vents. Vieille roche susceptible. Naguère, mûriers et lavandes… Jadis, chaussée de géants… Table nue, ce matin, écriture déchiquetée… Une apparence de soupirail, in Le corps clairvoyant, Jacques Dupin, Poésie/Gallimard Lavis 30×42  

Lire plus

même d’encre, ma mer n’est jamais loin…

« Ô multiple et contraire ! ô Mer plénière de l’alliance et de la mésentente ! toi la mesure et toi la démesure, toi la violence et toi la mansuétude ; la pureté dans l’impureté et dans l’obscénité -anarchique et légale, illicite et complice, démence !… et quelle et quelle, et quelle encore, imprévisible ? Mer […]

Lire plus