Des synchronicites ou du hasard…

Des synchronicites ou du hasard…

Pendant une enieme relecture de Souviens-toi d’oublier, alors que je relisais précisément ce passage où la jeune psychologue du roman évoque l’histoire connue du « scarabée de la patiente de Jung, mon attention a été attirée par un mouvement à peine perceptible sous une feuille de papier posée sur mon bureau. J’ai soulevé la feuille délicatement et vous le croirez ou pas, il y avait dessous… un scarabée… je n’en avais jamais vu en vrai, encore moins dans mon bureau au 3e étage. Comment était-il arrivé, là ? Ca reste un mystère mais il va sans dire qu’après ma rencontre avec lui, j’ai effacé cette référence bien inutile dans le passage ci dessous :

— Qu’est-ce que vous ne comprenez pas, dit Simon, sur le ton de l’exaspération. Cette scène a réellement existé, je peux l’affirmer avec certitude. Ce n’est pas une fiction née de mon imagination. C’est leur première rencontre et c’est une scène de rencontre des plus banales, convenons-en.

— Ne vous énervez pas, je me demande juste comment vous pouvez être certain des détails et de sa réalité, vous n’y étiez pas donc…

Simon pousse un gros soupir et tente une dernière fois, de s’expliquer.

— Je ne peux certes pas assurer que tout se soit exactement déroulé tel que je vous le décris mais pour moi, c’est la stricte vérité. Ces deux-là devaient se rencontrer et de cela je suis certain. Par hasard ou synchronicité. Vous savez bien de quoi je parle madame la psychologue, non ?
Ils ne pouvaient pas se rater. À trois reprises, de manière imprévue, leurs routes se sont croisées.

— Admettons. Peut-être que Kalisha vous aura donné quelques détails sur la rencontre en question et votre esprit aura reconstitué ces différentes scènes.

— Voulez-vous la suite ? dit Simon en serrant les dents et sans réagir à sa remarque.

— Bien sûr, j’adore les histoires d’amour.

Il la regarda d’un œil torve. Elle rougit et s’excusa. Elle s’en voulait de son manque de coopération. Cherchait-elle à tester ses limites ? Après tout, il avait raison. Elle était bien là pour l’écouter, c’était convenu entre eux. Et elle était bien placée pour savoir que rêves, prémonitions et visions contiennent un savoir préalable et à distance, caché au plus profond de l’inconscient de chacun. Simon avait subi un choc important et peut-être même une dissociation. Qu’il ait eu accès à des images de la vie de Kalisha ou de celle de Louise, pourquoi pas, mais de celle de Garoon ?
Voilà qui l’intriguait.

Souviens-toi d’oublier, Marie Desvignes
https://livre.fnac.com/a17658051/Marie-Desvignes-Souviens-toi-d-oublier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :