Un rêve

Dans mon rêve d’hier

Le grain d’autres années brûlait par flammes courtes

Sur le sol carrelé, mais sans chaleur.

Nos pieds nus l’écartaient comme une eau limpide.

O mon amie,

Comme était faible la distance entre nos corps !

La lame de l’épée du temps qui rôde

Y eût cherché en vain le lieu pour vaincre.

 Yves Bonnefoy-(Ce qui fut sans lumière)

Acrylique et encre, 30×90, triptyque

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :