la tristesse des anges

Les vieux livres affirment que cela porte malheur de déclamer des strophes composées par une femme alors qu’on est cerné par la tempête. Tu sais que je n’exige nul amour en retour, commence-t-il, il pose sa moufle couverte de glace sur son coeur giflé par la neige et: » Tu sais que je n’exige nul amour en retour,Les jeunes le demandent, l’implorent et l’espèrent. »Il n’est pas toujours aisé de supporter la poésie, elle peut entraîner l’être humain dans des directions inattendues. on m’a donné des ailes, mais où donc est l’air pour voler? […] La poésie vous tue, elle vous donne des ailes, vous les agitez un peu et sentez l’enchantement vous envahir. Elle vous ouvre des mondes nouveaux, puis vous ramène brutalement à la tempête et aux souillures du quotidien.

« La tristesse des anges, Jon Kalman STEFANSSON

Acrylique et encre, 35×45

Publié par

"J'ai mis tous mes efforts à former ma vie -voilà mon métier et mon ouvrage" Montaigne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s