du soleil vert au jardin

Il n’y a, l’instant d’un glissement, que cette lumière indéfinissable, cette ombre du cerisier, du pin, du cyprès, du bambou. Cette ombre sur le rideau : comme elle est claire ! Ici la mesure ne s’évanouit pas dans des pesées mercantiles, elle est autre. Mesure ? Démesure ? Il n’y a plus de nom. Il n’y a que l’éclat. Cet éclat subit, ce message qui n’est lancé par aucune bouche et qui est cet espace, libre. Cet espace où toutes présences s’égalisent, ou il ny a plus d’attaques de cette brève chance, de cet éclat.

La Marche, in Le Bonjour et l’adieu, P.A Jourdan

Acrylique 30×40

Publié par

"J'ai mis tous mes efforts à former ma vie -voilà mon métier et mon ouvrage" Montaigne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s