Encre… du bleu

Parfois -le plus souvent le soir – la lumière rayonne de partout. Alors je cherche à la voir, sans rien fixer. Je peux garder dans mon regard les grandes masses colorées qui émanent du paysage, du ciel, d’un mur, mais sans encore trouver leur harmonie. Tout à coup la lumière apparaît, comme un accord très précis, fugitif, entre ces masses colorées. C’est une lumière non focalisée, libre de la forme et du mouvement.Lentement la lumière se confond avec les formes. Suivre sa descente dans la matière, l’accompagner, la retrouver, comme une chaleur intime… C’est cela la peinture pour moi.

(10-80) Couleur-lumière, Je suis ce que je vois, Notes sur la peinture et le dessin, 1975-2015- Alexandre Hollan

Encre (ma première vague à l’encre, et en grand format)

Publié par

"J'ai mis tous mes efforts à former ma vie -voilà mon métier et mon ouvrage" Montaigne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s