Juste un peu de fraîcheur

Matin. Mer plate, d’un bleu soutenu, plus sombre que celui, aéré, du ciel.

Claquement sec, bref, de petites vagues, comme malgré tout, juste au bord. Forme d’eau uniquement produite par la masse derrière, qui vient s’arrêter sur la plage. Etendue plane de sable mouillé, sans obstacle, et la mer vient seulement s’affaisser, finir là, sans heurt. Quelque chose comme une fatigue, ou une paresse – de mer lasse. Elle marque le bord par habitude. Légers plis d’eau sans force, ou restes d’une force retirée plus loin au large pour se refaire avant le montant.

Vague non préparée ; elle ne se forme qu’à quelques mètres du bord. Une ondulation, un renflement, une chute, le tout dans un mouvement mou, machinal. Et pendant qu’elle finit de s’étaler avec un faible bruit d’air une autre se prépare, la même. Tournis, longtemps, hypnotique, lessivant.

Prise de mer, Antoine Emaz, Editions Le Phare du cousseix, 2018

Acrylique A4
Juste un peu de fraîcheur, ici 42°

All-focus

Publié par

"J'ai mis tous mes efforts à former ma vie -voilà mon métier et mon ouvrage" Montaigne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s