à l’unisson…

Tu vois ce peintre dans son atelier sillonné d’oiseaux. Son geste est celui, têtu, d’un silence qui prend forme et nous transporte. Un silence lourd de terre et qui fuse.[…] Il faut aussi se confier au peintre. La simplicité et la sûreté de son geste font naître cet enseignement auquel nous songeons trop peu. Maîtrise du signe lorsque se taisent tous les pourquoi.
[…]
J’ai le souci de me mettre à l’unisson de la nature bien plus que de la copier. Ainsi parle Georges Braque.
Le bonjour et l’adieu, lettres à Fabienne, Pierre-Albert Jourdan

Acrylique sur toile, 20×40

 

sans titre

Publié par

"J'ai mis tous mes efforts à former ma vie -voilà mon métier et mon ouvrage" Montaigne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s