Il pleut…

 » … sol au plus haut redoublant l’obscur — et que nulle parole ne peut dire obscur ou non… clarté ou pas…

interstice — jamais distinct, tant que je vais, de la compacité où je n’aurai qu’entrevu, et entrevu, jusqu’à disparition, un interstice à l’infini… comme poussière… qui scintille… »

Poussière sculptée, in L’ajour, André Du Bouchet, Poésie/Gallimard

Lavis, 30×40, Il pleut…

 

IMG_20181016_204227

Publié par

"J'ai mis tous mes efforts à former ma vie -voilà mon métier et mon ouvrage" Montaigne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s