LANGUE INTERDITE, Langue a-mère

couverture

LANGUE INTERDITE, MARIE-JOSÉE DESVIGNES

Editions Alcyone, Collection Surya,

octobre 2018

Avec une encre de Marie-Josée Desvignes

 Copyright : Editions Alcyone.

ISBN : 978-2-37405-049-2

– Vous pouvez écouter quelques poèmes du recueil  en cliquant sur la flèche du fichier MP3, en bas de la page du site des Editions Alcyone, suivez le lien Editions Alcyone
La langue maternelle, est-ce la langue de nos mères ? Celle de notre petite enfance, peut-être même différente de celle de la mère ? Celle qui nous donne notre identité ? Si tout passe par le langage, elle est toute puissance quand l’écrivain s’en empare faisant œuvre « avec » et « contre », tout à la fois lui appartenant et s’en tenant éloigné. Sait-on toujours si elle nous constitue ou nous dépossède, si elle est nôtre ou étrangère ?
L’écrivain parfois ou le poète plus souvent la tient éloignée de lui, la cherche dans un ailleurs, un autre idiome, peut-être une langue fantasmée, dans le refus, la honte de ne pas posséder celle d’une ascendance déniée.
L’exil est un voyage aux frontières du mystère, de l’absence et du manque d’amour.
Il arrive parfois que son accès se pare d’un double interdit ; quand la mère elle-même s’est tenue loin de l’enfant, lui refusant ce partage. Alors, dans les mots du corps s’inscrit le silence au cœur même de la parole niée.
Dans cette crise de langage, les mots deviennent de véritables « sables mouvants » (Bataille) piégés par la fulgurance et la rage du dire.
L’exil, l’abandon et la petite musique lancinante de cette langue amère composent ici l’acheminement à son indépassable expression.
Dans l’exil de la langue dans l’épaisseur des songes dans la nasse des mots puiser au puits du temps réconciliation et silence. M.J. Desvignes

Poèmes

Mères immobiles aux écumes de sable
transformatrices du tout
une parmi les vôtres
la figurine avance
obstinée  suspendue
au-dessus d’un pont.
*
Je t’ai soumise ô langue mère
à l’inutilité de ta parole
à mon absolue volonté d’exister
à vouloir dire  à vouloir taire
tu es restée langue morte
ou plutôt lettre morte
ou encore dirais-je l’être mort
féminin masculin confusion des genres
quand langue et matrice se confondent
dans l’indifférence de la chair

*
Inscrite dans ton désaveu
la forme plurielle des choses
-horreur des mises à nu-
vole le destin implacable des belles avancées,
fureur première des dernières secousses ;
tu trembles dans ta chair
étranglée par les apparences,
blousée par les modulations du langage.

*
Cristal de roche immobilisé
ta beauté inondée de soleil
vibre encore
indéfinissable de l’intérieur
je te dénonce et je t’oblige
soumets-toi et promets
au-delà et plus encore
délivre bribe par bribe
ton amertume et tes possibles.

*
Tu signes la perte
profane immatérielle
de l’objet désiré en vain
tu te révèles  proie
spirituelle divine
abstraction maîtresse
champs de force
présence obscure et silencieuse
elle agonise la sphère compacte et noire
de tes jours, dans son extase
elle rejoint le plein-vide du sens.

*

Trembler de ne savoir
rosée de pierres en pluies asséchées
langue matrice mère
roulant dans ma tête
Quand, sous l’égide de Saturne,
à dépasser les manques
j’éprouve la douleur
au tréfonds des abîmes.

*

Au seuil troublant des songes
à l’encre des souvenirs
ma langue est celle de l’exil
tu as porté la flamme de tes oripeaux
aux soirs d’hiver soleils couchants
brumes élevées au ciel de tes humeurs
Avec toi, il n’était pas de plus belle trace
que ces ailleurs volés au temps,
il n’était pas plus beau cadeau
que l’impassible mélancolie de tes semblables.
M. J. Desvignes, extraits de Langue interdite
Editions Alcyone (Collection Surya)

Copyright : Editions Alcyone

Bio-bibliographie :

Professeur certifiée de Lettres Modernes (de 2000 à 2012) et formatrice en écriture désormais, écrit, chronique : La Cause littéraire, Recours au poème, The Dissident, LPPDM, dessine, peint et collabore à la revue Legs et Littérature, LEGS Editions, (Haïti).
Auteure de poésie, romans, nouvelles, essais dont un sur les ateliers d’écriture : La littérature à la portée des enfants, Ed. L’Harmattan, 2000 ; un recit poétique : Requiem, Cardère Ed., 2013…
Depuis 2017 collabore à LEGS Editions, Legs et littérature, revue d’Haïti, rédactrice à la Cause littéraire, Recours au poème, The Dissident, LPPDM.

Publié par

"J'ai mis tous mes efforts à former ma vie -voilà mon métier et mon ouvrage" Montaigne

2 commentaires sur « LANGUE INTERDITE, Langue a-mère »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s