Aube 1

IMG_20180922_085131

Acrylique A4

 

« On marche, on se rapproche, on s’arrête. Personne toujours. Nul qui ouvre la porte des forêts. Tout a-t-il cessé de vivre ? Alors, il apparaît qu’il n’est pas un de ces roseaux qui ne bouge. Un chuchotement rapide passe de l’un à  l’autre, un peu plus haut que le sol; au-dessus, des cris épars d’oiseaux que l’on devine, que l’on perd de vue. Entre le ciel et ses reflets. Rien que l’espace, presque immobile, et au milieu ce murmure, éternel. »

Prose au serpent, in Paysages avec figures absentes, Ph. Jaccottet, Poésie/Gallimard

 

 

Publié par

"J'ai mis tous mes efforts à former ma vie -voilà mon métier et mon ouvrage" Montaigne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s