Infinis lointains

La fine dentelure trace la frontière d’un champ de forces qui vient expirer là. Elle rappelle l’ourlet de nacre et de varech, de coquilles broyées et d’algues errantes qui trahit le long des plages l’avancée la plus profonde de la marée, là où s’envolent au moindre souffle et s’éparpillent avant de se dissiper, des essaims évasifs de flocons irisés. En deça c’est le sable et le rivage que d’ordinaire la vague n’atteint pas. Au-delà, c’est le domaine de la mer et, ici, c’est aussitôt l’éclat du cristal, une broussaille diaphane de prismes désordonnés, où émerge l’archipel des taches sombres avec leurs cernes successifs, envahissantes comme alluvions de delta.
Soleils inscrits in Pierres, Roger Caillois, Poésie/Gallimard

 

IMG_20180807_210429

Publié par

"J'ai mis tous mes efforts à former ma vie -voilà mon métier et mon ouvrage" Montaigne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s