Dire le vent, le bleu

« Tout est devenu BLEU. C’est bleu. C’est à crier tellement c’est bleu.

C’est du bleu venu des origines de la Terre, c’est un cobalt inconnu. On ne peut pas arrêter ce bleu, ces traînées de poussière bleues des cimetières des enfants. On souffre. On pleure. Tout le monde pleure.

Mais le bleu reste là. Acharné.

Le bleu des enfants comme celui du ciel. »

M. Duras, La mer écrite. Editions Marval, 1996

 

IMG_20180304_110141

Publié par

"J'ai mis tous mes efforts à former ma vie -voilà mon métier et mon ouvrage" Montaigne

2 commentaires sur « Dire le vent, le bleu »

  1. Quel bonheur pour l’œil, ces mille nuances et mouvements de l’eau, que la peinture exprime d’une manière comme surnaturelle ! Et les mots des poètes… Merci pour ces lignes de Duras, que je n’avais jamais lues – et venant de le faire, je sais qu’elles font partie des pages que je recopierai et dont je ne me passerai plus. « On ne peut pas arrêter ce bleu »…

    J'aime

Répondre à Marie Desvignes Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s