A nos sommeils mornes

Ah ! vienne vite le Printemps,

Et son clair soleil qui caresse,

Et ses doux oiseaux caquetants !

 

Refleurisse l’enchanteresse

Gloire des jardins et des champs

que l’âpre hiver tient en détresse !

 

Et que – des levers aux couchants –

L’or dilaté d’un ciel sans bornes

Berce de parfums et de chants,

 

Chers endormis, vos sommeils mornes !

 

Verlaine, Poèmes saturniens, « Sur Urbe »

 

IMG_20180118_183959

Publié par

"J'ai mis tous mes efforts à former ma vie -voilà mon métier et mon ouvrage" Montaigne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s