je cherche le désert, je m’y achemine

IMG_20180117_092246

 

Le jour enflé de fatigue cherche nos failles

l’argile fendu au fond de nos bouches

la langue verte de notre humidité

et comme il s’émeut de nos rires !

L’épure d’une aile serrée dans le marbre

la voix tranchée, clouée, oubliée.

Quelque part pourtant court encore

l’allégresse du chant qui d’un bond déplia

l’espace à jamais du matin –

les neuf voûtes célestes se penchent

sur les fontaines taries de nos sèves.

 

Lorand Gaspar, Sol absolu, Poésie/Gallimard

Publié par

"J'ai mis tous mes efforts à former ma vie -voilà mon métier et mon ouvrage" Montaigne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s