Les vagues

Le soleil sombrait. La dure pierre du jour était lézardée et la lumière coulait à flots à travers ses fragments. Rouge et or une volée de flèches fulgurantes transperçait les vagues, empennée de ténèbres. Erratiques des rayons de lumière s’allumaient et divaguaient, comme des signaux venus d’îles englouties, ou comme des fléchettes lancées à travers des buissons de laurier par des garçons effrontés et rieurs. Mais les vagues, à l’approche du rivage, étaient dépouillées de leur lumière, et tombaient en un seul long ébranlement, comme un mur qui tombe, un mur de pierre grise, que ne traverse pas la moindre fente de lumière.

Les vagues – Virginia Woolf

IMG_20171226_150933IMG_20171226_103145

Publié par

"J'ai mis tous mes efforts à former ma vie -voilà mon métier et mon ouvrage" Montaigne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s