Le ciel et ses passagers

La nuit tombe vite en ces jours brumeux de décembre, et mes taches d’encre deviennent paysages se superposant à l’humeur mélancolique, taches se scindant en contours imprévisibles mais plus heureux puisque le résultat, me semble-t-il, est finalement plus léger que le ressenti de départ.

« Je serai ce bruit montant du fond de la vallée »,  Gil Jouanard, Neuf mouvements pour solitude obstinée (in L’envergure du monde)

IMG_20171211_171433

Publié par

"J'ai mis tous mes efforts à former ma vie -voilà mon métier et mon ouvrage" Montaigne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s