LE GOUT DES JEUNES FILLES, Dany Laferrière, Editions Zulma, sept 2017

Laferrière gout des jeunes filles

(Article paru dans la Cause littéraire)

Dany Laferrière nous a habitués à ses titres provocateurs et dès son premier roman, Comment coucher avec un nègre sans se fatiguer, l’insolence, l’humour et l’ironie amère étaient au rendez-vous, des traits que l’on retrouve chez nombre d’auteurs haïtiens, un peu comme pour souligner la nécessité de prendre la vie dans sa « générosité » avec une insouciance et un réel appétit de vivre, qui tient sans doute à la lucidité de ce peuple soumis régulièrement à des épreuves et des traumatismes et à leur force de vie aussi. Dans Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer », avec une intrigue centrée sur la drague, Dany Laferrière mettait en scène l’abstinence sexuelle de Bouba, colocataire du narrateur qui cite le Coran à tout bout de champ pour s’interdire de faire l’amour (« Allah est grand et Freud est son prophète »). Ce texte irrésistiblement drôle cache comme toujours chez Laferrière un discours beaucoup plus politique sur la négritude, et est délibérément basé sur les rapports exogènes entre noirs et blanches et celui des classes et des races ; il était le pendant de celui-ci.

Publié initialement en 2005 chez Grasset, Le goût des jeunes filles  au titre proustien pour un texte ultra-réaliste, rempli d’humour et dont chaque titre de chapitre est sous l’égide du poète Magloire Saint-Aude nous donne à lire une sociologie du désir amoureux au féminin, avec une version féminine aussi de la vie en bande du côté des filles. Il y a la bande à Miki et il y a Marie-Michèle qui appartient au milieu huppé de la société de Port-au-Prince, qui se mêle aux autres filles « des rôdeuses, des moqueuses, des paresseuses, des prostituées qu’il rêvait de rencontrer quand il avait quinze ans », celles de la rue donc, pour en finir avec l’hypocrisie de sa classe qui bien que minoritaire opprime le reste du peuple.

L’exilé haïtien a croisé durant toute son adolescence, ces jeunes femmes pleines de vie et d’insolence, instigatrices de son goût pour l’amour, la poésie, la révolte. Avec un retour à ses quinze ans, le souvenir de ces femmes-là va pousser le narrateur à revenir le temps d’un week-end à retrouver les instants précieux mais aussi dangereux qu’il a vécus dans ce quartier.

On est en 1968 en plein régime Duvalier et ses tontons macoutes qui rodent partout dans les rues de Port-au-Prince. Si danger, il y a, il n’est pas de ce côté-ci de la rue.

Ton insolent pour jeunes filles insolentes qui semblent n’avoir peur de rien et auxquelles aucun homme ne résiste, véritables déesses de l’amour. Ces jeunes filles qui vivent de l’autre côté de la rue, le narrateur, leur laissera la parole tout du long. Elles sont cinq. Paillardes, provocantes, libres de leur corps et riches de leur sensualité, cachant dans leur arrogance, la peur qui rôde. Et il y a Marie-Michèle, cette jeune fille bourgeoise donc, bien élevée qui fraye avec ces délurées, qui nous livre son quotidien dans un journal intime. L’enfer n’est pas toujours là où on le croit et le temps d’un week-end le narrateur va vivre au milieu des angoisses liées à la dictature, des moments de grâce qui vont lui faire paraître cet enfer comme un paradis. Mais pour ces jeunes filles qui se livrent à corps perdus et avec arrogance aux jeux de l’amour pour exister, dans le fracas, au milieu du désastre, quelle véritable relation à leur corps, quelle vie que la leur, faussement enchantée et enchanteresse ? Le lecteur qui lit et vit au rythme de ces filles langoureuses qui ne parlent que de désir et de sexe peut-il oublier complètement que les amants de ces filles sont des êtres sanguinaires à la solde d’un dictateur. Lorsque la sublime Pascaline s’offre au « marsouin », est-ce pour le frisson du désir ou pour espérer ainsi un moyen de revoir son frère disparu. Quoiqu’en semble éprouver le narrateur de quinze ans qui, le temps d’un week-end oublie lui aussi que partout dans la vie, règne la peur et l’horreur.

L’impertinence caractérise l’homme libre, le poète, le rêveur. « C’est simple, pour empêcher un Haïtien de rêver, il faut l’abattre » écrivait Laferrière dans Vers le sud. Procès de la compromission de la littérature de son pays qu’incarne la figure du poète Magloire pourtant tant apprécié de l’auteur, et procès de la cupidité de la bourgeoisie minoritaire égoïste au sort des plus pauvres, Le goût des jeunes filles est surtout une chronique de la vie haïtienne.

 

Dany Laferrière est né en 1953 à Port-au-Prince. Depuis son premier roman, Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer, salué par une reconnaissance immédiate, à l’Art presque perdu de ne rien faire, en passant par l’Énigme du retour (Prix Médicis 2009), Dany Laferrière a construit une œuvre qui lui a valu son élection à l’Académie française. Zulma a déjà publié dans sa collection de poche l’Odeur du caféle Charme des après-midi sans fin et le Cri des oiseaux fous.

Publié par

"J'ai mis tous mes efforts à former ma vie -voilà mon métier et mon ouvrage" Montaigne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s